Le jukebox de Timoléa

11 mai 2017

J'sais pas quoi faire

Maman est en haut, qui fait du lolo
Papa est en bas qui fait du chocolat.
Et moi je suis là, à me croiser les bras,
A attendre que ça aille, et puis ça va pas.
Je n'ai pas ma place où on me laisse la place.
Je me fonds dans la masse,
Comme un sucre dans une tasse

Refrain
Mais qu'est-ce que j'peux faire ?
J'sais pas quoi faire.
Qu'est ce que je peux faire ?
J'sais pas quoi faire.

Oui, je sais glander, boire des pots au café,
Passer des week ends entiers devant la télé
Tout ça pour qu'on me dise à l'agence pour l'emploi,
Des gens dans votre cas, ça n'existe pas.
Je n'ai pas ma place où on me laisse la place.
Souvent ça passe mais des fois ça lasse,
Ou ça casse.

J'sais pas quoi faire
Qu'est ce que je peux faire ?
J'sais pas quoi faire
Qu'est ce que je peux faire ?

Rien à dire, rien à faire
Rien à dire, rien à faire
Ah ah ! ah ah ! ah ah !
Ah ah ! ah ah ! ah ah !

Refrain

Votre passé, c'est dépassé,
Notre futur est bien bouché.
Le présent, laissez nous l'aimer.
S'il vous plait, s'il vous plait.
Je n'ai pas ma place où on me laisse de la  place
Je me fonds dans la masse,
Comme un sucre, c'est la tasse !

Refrain

Qu'est ce que j'peux faire ?
Merde ! oh la la la

Posté par timolea à 15:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Les dunes

L'un court le monde, cherche une blonde
L'autre écrit sa vie, dans une chambre sombre
Un autre est magicien, change tout de ses mains
De ce qu'ils font demain, nul ne sait rien

Qu'ont-ils en commun
Si ce n'est que rien
Ne leur ressemble

Qu'ont-ils en commun
Si ce n'est que rien
Ne les rassemble

Alors rien ne peux les séparés - les séparés -

L'un court le monde, cherche une blonde
Sa petite était brune, n'attendait rien du monde
Au fond de la chambre sombre, l'autre ne pense pas au nombre
Et quand il fût dehors, ses mots devinrent de l'or

Qu'ont-ils en commun
Si ce n'est que rien
Ne leur ressemble

Qu'ont-ils en commun
Si ce n'est que rien
Ne les rassemble

Rien ne peux les séparer

Des ombres perdues dans le désert humain
Des hommes qui marchent lanterne à la main
Des dunes de la vie, ils se voient de loin

L'un court le monde, cherche sa blonde
Sa petite était brune, n'attentait rien du monde
Quand ils se sont croisés, ils se sont reconnus
Sur leur peau était gravée une marque JE SUIS NU
Sur leur âme était gravé, l'espoir dans l'inconnu

Des ombres perdues dans le désert humain
Des hommes qui marchent lanterne à la main
Des dunes de la vie, ils se voient de loin
Des dunes de la vie j'en vois certain

De loin en loin, de loin en loin...

Posté par timolea à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Fait divers

Elle avait à peine avalé ses quinze ans
Qui d'ailleurs lui restaient coincés dedans
Elle avait grandi arrosée par l'argent
On pousse vite chez ce genre de gens

Elle s'appelait Fait Divers
une fleur fanée en plein hiver
Oh les dents sont plus dures que la chair
Tu sais ici ont n'aime que la pierre

Oh oh oh
Oh oh oh sauve toi

Elle avait les manières du grand monde
Devant sa télé fait le tour du monde
Mais son univers était un petit monde
Où se battaient tous les chagrins du monde

Elle causait plus à ses parents, non
Depuis une sombre histoire d'amant
Son père gueulait à sa mère " Tu
mens ! "
Pendant qu'eux s'cognaient fort elle criait " Maman ! "

Elle s'appelait Fait Divers
Dieu que cette fille était solitaire
Oh, les dents sont plus dures que la chair
Tu sais ici on n'aime que la pierre

Elle avait à peine avalé ses quinze ans
qui d'ailleurs lui restaient coincés dedans
Qu'elle avala une boite de tranquillisants
Juste histoire de tuer le temps
Et en suivant son enterrement
Les gens ne comprenaient pas vraiment
Qu'ils avaient tué cet enfant
Au fond d'eux enterré depuis longtemps

Tuer l'enfant, tu es l'enfant
Tuer l'enfant qu'on a dedans
C'est ça l'auto-avortement
Reste le môme perdu comme avant
Dans le ventre d'un bon moment

 

En fonction corrigée de ma dyslexie :

Tu sais ici on n'aime que la bière

Elle causait plus à ses parents, non
Depuis une sombre histoire d'avant

 

Posté par timolea à 15:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 avril 2017

liens sur les chansons de Angelo Branduardi

Pas le temps de vous trouver toutes les paroles dans une langue que je connais trop peu. Je vous copie des liens des chansons qui me plaisent dans l'oeuvre de Angelo Branduardi.

Mes préférées



Français
Alla Fiera Dell' Est / A la foire de l'Est -> https://www.youtube.com/watch?v=KaCxJyaMHgs
Ce que sait le sherpa / Domenica e Lunedi -> https://www.youtube.com/watch?v=ewse8hSA-AA
Sans aucun doute  (les murailles de )  / Gulliver -> https://www.youtube.com/watch?v=a8NSaSWFPjM


Musiques médiévales
Album "La Pulce d'acqua", del 1977
La Demoiselle / La Pulce D'Acqua  -> https://www.youtube.com/watch?v=hPpxfOK68wo
Album: "Cercando l'oro", 1983
L'Isola   -> https://www.youtube.com/watch?v=-8SNGRo309M
La giostra -> https://m.youtube.com/#/watch?v=brkfw2A2BzU
L'isola -> https://m.youtube.com/#/watch?v=Or9_t3GP-w0
Il disgelo -> https://m.youtube.com/#/watch?v=0bO2ohEoGCs
Profumo d'arancio   -> https://www.youtube.com/watch?v=3nkPf6vIo08


Concert
https://m.youtube.com/#/watch?v=LdXl3MExqAg

Posté par timolea à 18:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 avril 2017

Vanita de vanita

Vai cercando qua, vai cercando là,
ma quando la morte ti coglierà
che ti resterà delle tue voglie?
Vanità di vanità.

Sei felice, sei, dei piaceri tuoi,
godendo solo d'argento e d'oro,
alla fine che ti resterà?
Vanità di vanità.

Vai cercando qua, vai cercando là,
seguendo sempre felicità,
sano, allegro e senza affanni...
Vanità di vanità.

Se ora guardi allo specchio il tuo volto sereno
non immagini certo quel che un giorno sarà della tua
vanità.

Tutto vanità, solo vanità,
vivete con gioia e semplicità,
state buoni se potete...
tutto il resto è vanità.

Tutto vanità, solo vanità,
lodate il Signore con umiltà,
a lui date tutto l'amore,
nulla più vi mancherà.

Se ora guardi allo specchio il tuo volto sereno
non immagini certo quel che un giorno sarà della tua
vanità.

Tutto vanità, solo vanità,
vivete con gioia e semplicità,
state buoni se potete...
tutto il resto è vanità.

Tutto vanità, solo vanità,
lodate il Signore con umiltà,
a lui date tutto l'amore,
nulla più vi mancherà.

 

Version album : https://www.youtube.com/watch?v=_bbWGnGib8M

Version film : https://www.youtube.com/watch?v=3fg0qhJSmS8

Posté par timolea à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Le seigneur des Baux

 

Dans son château le Seigneur des Baux
prend la pluie au visage
Dans son château le Seigneur des Baux
prend la pluie au visage

Passent dix-mille sentinelles
en criant sur la terre
le Chant de la nuit des Lumières
la mort des murs de pierre

Dans son château le Seigneur des Baux
prend la pluie au visage
Passent les souvenirs de glace
des chiens et de leurs chasses
Sur le lit brisé de la dame
Des cendres et plus de flamme

Feu et rumeurs, murailles pâles
danses et couleurs qui pétillent
Feu et rumeurs, murailles grises
dans ton château, toi le seigneur des Baux


Dans son château le Seigneur des Baux
prend la pluie au visage...
Et dans le vent, la tempête et l'eau
il a perdu courage
perdu les oiseaux de la mer
l'ombre de ses frontières
Perdus drapeaux glorieux et sales
au vent qui passe...

Feu et rumeurs, murailles pâles
danses et couleurs qui pétillent
Feu et rumeurs, murailles grises
dans ton château, toi le seigneur des Baux


Dans son château le Seigneur des Baux
prend la pluie au visage
Dans son château le Seigneur des Baux
prend la pluie au visage

 

https://www.youtube.com/watch?v=WLvl7xrET70

Posté par timolea à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Ce que sait le sherpa

Méfie-toi de ce qui brille petite fille,
Des mots sérieux que tu te ne comprends pas
Quelqu'un viendra entre Mars et jonquilles
Te raconter ce que l'aveugle voit

La neige des sommets lointains où tout brille
La mie de pain et l'eau claire que tu bois
Viendront un jour t'expliquer petite fille
Te raconter ce que l'aveugle voit

Que passent, bleues, les heures
Tout arrive et arrivera
Et tu verras

Tu verras ce que voit le Sherpa
Tu verras
Tu verras ce que l'aveugle voit

Et tu sauras ce que sait le Sherpa…

Peu importent les heures
Que le temps compte pour toi
Seules comptent les minutes
Qui ressemblent à ce que tu seras
Et tu sauras ce que sait le Sherpa…

Méfie-toi de ce qui brille petite fille
De ceux qui parlent sans parler de toi
N'attends pas avant Mars les jonquilles
Et tu verras ce que l'aveugle voit…
Et tu sauras ce que sait le Sherpa

 

https://www.youtube.com/watch?v=Q48w9PrLPAs

Posté par timolea à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Si può fare

  Si può fare, si può fare
  si può prendere o lasciare
  si può fare, si può fare
  puoi correre, volare.
  Puoi cantare, puoi gridare
  puoi vendere, comprare
  puoi rubare, regalare
  puoi piangere, ballare.
 
  Si può fare, si può fare
  puoi prendere o lasciare
  puoi volere, puoi lottare
  fermarti e rinunciare.
 
  Si può fare, si può fare
  puoi prendere o lasciare
  si può crescere, cambiare
  continuare a navigare.
 
  Si può fare, si può fare
  si può prendere o lasciare
  si può fare, si può fare
  partire, ritornare.
 
  Puoi tradire, conquistare
  puoi dire poi negare
  puoi giocare, lavorare
  odiare, poi amare.
 
  Si può fare, si può fare
  si può prendere o lasciare
  si può fare, si può fare
  mangiare, digiunare.
 
  Puoi dormire, puoi soffrire
  puoi ridere, sognare
  puoi cadere, puoi sbagliare
  e poi ricominciare.
 
 

  C'est faisable, c'est faisable,
  on peut prendre ou laisser ;
  C'est faisable, c'est faisable,
  tu peux courrir ou voler.
  Tu peux chanter, tu peux crier,
  tu peux vendre, acheter,
  tu peux voler, offrir,
  tu peux pleurer, danser.
 
  C'est faisable, c'est faisable,
  tu peux prendre ou laisser ;
  tu peux vouloir, tu peux lutter,
  t'arrêter et renoncer.
 
  C'est faisable, c'est faisable,
  tu peux prendre ou laisser ;
  on peut grandir, changer,
  continuer à naviguer.
 
  C'est faisable, c'est faisable,
  on peut prendre ou laisser ;
  C'est faisable, c'est faisable,
  de partir, revenir.
 
  Tu peux trahir, conquérir,
  tu peux dire puis nier,
  tu peux jouer, travailler,
  détester, puis aimer.
 
  C'est faisable, c'est faisable,
  on peut prendre ou laisser ;
  C'est faisable, c'est faisable
  de manger, jeûner.
 
  Tu peux dormir, tu peux souffrir,
  tu peux rire, rêver,
  tu peux tomber, tu peux te tromper
  et ensuite recommencer.
 
 

Si può fare, si può fare
  puoi vendere, comprare
  puoi partire, ritornare
  E poi ricominciare.
 
  Si può fare, si può fare
  puoi correre, volare.
  si può piangere, ballare,
  continuare a navigare.
 
 

C'est faisable, c'est faisable,
  tu peux vendre, acheter ;
  tu peux partir, revenir
  et ensuite recommencer.
 
  C'est faisable, c'est faisable,
  tu peux courir, voler.
  On peut pleurer, danser,
  continuer à naviguer.
 
 

Si può fare, si può fare
  si può prendere o lasciare
  si può fare, si può fare
  puoi chiedere, trovare...
  Insegnare, raccontare
  puoi fingere, mentire,
  poi distruggere, incendiare
  e ancora riprovare.

C'est faisable, c'est faisable,
  on peut prendre ou laisser,
  C'est faisable, c'est faisable,
  tu peux demander, trouver...
  Enseigner, raconter ;
  tu peux faire semblant, mentir,
  puis détruire, incendier
  et encore ré-essayer.

 

Avec de magnifiques images du National Géographique

https://www.youtube.com/watch?v=RY_yGsDTHb8

 

Posté par timolea à 14:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Sans aucun doute (les murailles de Massada)

Sans aucun doute
L'enfant voit fuir sur le ruisseau son bateau
Sans aucun doute
L'enfant laisse à l'eau du caniveau son bateau

Aventuriers, corsaires, matelots
Montrez-lui la route
Qu'il porte les couleurs du ruisseau
Sur la mer Rouge

L'enfant qui voit fuir son bateau sur l'eau du ruisseau…

Ruisseaux des champs, tristes caniveaux
L'enfant s'évade et voit déjà
Sur le pont de son bateau de bois
Les murailles de Massada

Demain, les voiles il relèvera
Pour croiser seul devant le détroit
Sur le pont de son bateau il voit
Toute la chaîne de l'Himalaya

Sans aucun doute
L'enfant voit fuir sur le ruisseau son bateau
Sans aucun doute
L'enfant laisse à l'eau du caniveau son bateau

Conquistadors des mondes nouveaux
Ouvrez-lui la route
Donnez-lui les voiles et les drapeaux
De vos déroutes
Pour qu'il arrive enfin seul à l'Eldorado

Ruisseaux des champs, tristes caniveaux
L'enfant s'évade et voit déjà
Sur le pont de son bateau de bois
Les murailles de Massada

Demain, les voiles il relèvera
Pour croiser seul devant le détroit
Sur le pont de son bateau il voit
Toute la chaîne de l'Himalaya

 

 

Posté par timolea à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

16 mars 2017

Les vieux

Les vieux ne parlent plus ou alors seulement parfois du bout des yeux,
Même riches ils sont pauvres, ils n'ont plus d'illusions et n'ont qu'un cœur pour deux,
Chez eux ça sent le thym, le propre, la lavande et le verbe d'antan,
Que l'on vive à Paris on vit tous en province quand on vit trop longtemps.
Est-ce d'avoir trop ri que leur voix se lézarde quand ils parlent d'hier
Et d'avoir trop pleuré que des larmes encore leur perlent aux paupières
Et s'ils tremblent un peu est-ce de voir vieillir la pendule d'argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, qui dit : je vous attends !


Les vieux ne rêvent plus, leurs livres s'ensommeillent, leurs pianos sont fermés
Le petit chat est mort, le muscat du dimanche ne les fait plus chanter.
Les vieux ne bougent plus leurs gestes ont trop de rides leur monde est trop petit,
Du lit à la fenêtre, puis du lit au fauteuil et puis du lit au lit
Et s'ils sortent encore bras dessus bras dessous tout habillés de raide
C'est pour suivre au soleil l'enterrement d'un plus vieux, l'enterrement d'une plus laide,
Et le temps d'un sanglot, oublier toute une heure la pendule d'argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, et puis qui les attend !


Les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour et dorment trop longtemps,
Ils se tiennent par la main, ils ont peur de se perdre et se perdent pourtant;
Et l'autre reste là, le meilleur ou le pire, le doux ou le sévère
Cela n'importe pas, celui des deux qui reste se retrouve en enfer.
Vous le verrez peut-être, vous la verrez parfois en pluie et en chagrin
Traverser le présent en s'excusant déjà de n'être pas plus loin,
Et fuir devant vous une dernière fois la pendule d'argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, qui leur dit : je t'attends
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non et puis qui nous attend ...

Posté par timolea à 10:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,