31 mai 2017

Dure limite

Est-ce l'envie Où est-ce ton corps Est-ce notre vie Qui fait que ça dure encore Est-ce ton bonheur Où est-ce mon honneur Qui me tient prisonnier Ou qui me fait geôlier Est-ce l'habitude Toujours la même attitude Le vide de chaque jour Ou le manque d'amour Est-ce l'amour, Etrange amour Est-ce la douceur De tes caresses, mon cœur Une dure limite, un mur d'amour Dure limite, amour pas mûr Pas mûr, pas mûr Mur, tessons de bouteilles Grilles et chiens qui veillent Chacun sur ses gardes, qui monte la garde Les frontières, échecs d'hier Les... [Lire la suite]
Posté par timolea à 19:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 mai 2017

T'as qu'ces mots

Y a trop d'egos, trop d'trips d'ego Trop d'parano, vas-y mollo Trop d'egos sans trique, trop d'egos sans tripes Trop d'flips, trop d'flops et pas d'feeling Mots faciles et mots fragiles. T'as qu'ces mots T'as qu'ces mots à la bouche T'as qu'ces mots Que tu me sers à la louche T'as qu'ces mots T'as qu'ces mots à la bouche T'as qu'ces mots Y a trop d'enfer et trop d'supeeeer Y a trop de trop, j'sais plus quoi faire Si c'est génial, si c'est pas mal Dis moi c'que c'est, j'comprends que dalle Mots faciles et mots fragiles T'as qu'ces mots... [Lire la suite]
Posté par timolea à 19:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
31 mai 2017

Jetzt oder nie (Herbert Grönemeyer)

Farben auf dem Asphalt Wasser schlägt ins Gesicht Mut wird sich angesungen fast ohnmächtig vor Wut der Gewalt entgegen Nächtelang nachgedacht jahrelang überwacht tausendmal aufgegeben alles falsch, ich will nur leben Refrain: Jetzt oder nie jetzt oder nie mehr jetzt oder nie wascht ihr nur eure Autos Sie werden dich fotografier'n sie werden dich registrier'n du verbaust dir dein ganzes Leben warum nur du, es gibt doch soviele andere Kämpfen für ein Land, wo jeder noch reden kann herausschrei'n, was ihm weh tut wer ewig schluckt,... [Lire la suite]
Posté par timolea à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
31 mai 2017

Amerika (Herbert Grönemeyer)

Du kommst als Retter in jeder Not zeigst der Welt deinen Sheriffstern schickst Sattelschlepper in die Nacht bringst dich in Stellung, Amerika Refrain: Oh Amerika, du hast viel für uns getan Oh Amerika, tu' uns das nicht an Viele Care-Pakete hast du uns geschickt heute Raketen, Amerika du hast bei dir so viel mehr Platz als wir was sollen sie hier, Amerika Oh Amerika dann prügel, wenn du dich prügeln mußt in deinem eigenen Land Du willst in allem besser sein größer, schneller, weiter, Amerika ich habe Angst vor deiner Phantasie... [Lire la suite]
Posté par timolea à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
31 mai 2017

Flugzeuge im Bauch (Herbert Grönemeyer)

Schatten im Blick, dein Lachen ist gemalt, deine Gedanken sind nicht mehr bei mir. Streichelst mich mechanisch, völlig steril, eiskalte Hand, mir graut vor Dir. Fühl' mich leer und verbraucht, alles tut weh, hab' Flugzeuge in meinem Bauch. Kann nichts mehr essen, kann dich nicht vergessen aber auch das gelingt mir noch. Gib mir mein Herz zurück, du brauchst meine Liebe nicht gib mir mein Herz zurück, bevor es auseinanderbricht. Je eher, je eher du gehst, umso leichter umso leichter wird's für mich Brauch' niemand, der mich quält,... [Lire la suite]
Posté par timolea à 18:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
31 mai 2017

Männer (Herbert Grönemeyer)

Männer nehmen in den arm Männer geben geborgenheit Männer weinen heimlich Männer brauchen viel zärtlichkeit Männer sind so verletzlich Männer sind auf dieser welt einfach unersätzlich Männer kaufen frauen Männer stehn ständig unter strom Männer baggern wie blöde Männer lügen am telefon Männer sind allzeit bereit Männer bestechen durch ihr geld und ihre lässigkeit Männer haben's schwer, nehmen's leicht Außen hart und innen ganz weich Werden als kind schon auf mann geeicht Wann ist ein mann ein mann Männer haben muskeln Männer sind... [Lire la suite]
Posté par timolea à 18:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

11 mai 2017

Les dunes

L'un court le monde, cherche une blonde L'autre écrit sa vie, dans une chambre sombre Un autre est magicien, change tout de ses mains De ce qu'ils font demain, nul ne sait rien Qu'ont-ils en commun Si ce n'est que rien Ne leur ressemble Qu'ont-ils en commun Si ce n'est que rien Ne les rassemble Alors rien ne peux les séparés - les séparés -L'un court le monde, cherche une blonde Sa petite était brune, n'attendait rien du monde Au fond de la chambre sombre, l'autre ne pense pas au nombre Et quand il fût dehors, ses mots devinrent de... [Lire la suite]
Posté par timolea à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 avril 2017

Sans aucun doute (les murailles de Massada)

Sans aucun douteL'enfant voit fuir sur le ruisseau son bateauSans aucun douteL'enfant laisse à l'eau du caniveau son bateauAventuriers, corsaires, matelotsMontrez-lui la routeQu'il porte les couleurs du ruisseauSur la mer RougeL'enfant qui voit fuir son bateau sur l'eau du ruisseau…Ruisseaux des champs, tristes caniveauxL'enfant s'évade et voit déjàSur le pont de son bateau de boisLes murailles de MassadaDemain, les voiles il relèveraPour croiser seul devant le détroitSur le pont de son bateau il voitToute la chaîne de l'HimalayaSans... [Lire la suite]
Posté par timolea à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
20 février 2017

Laisse tomber

Si tu crois que ça va craquer, Si tu crois que tout va s'arrêter, là où tu l'as décidé. Laisse aller, laisse aller, laisse aller. Ca me crève le coeur que tu crèves d'envie de crever, Dans ce jeu de cartes, cartes d'identités, garde ton identité. Laisse-les, laisse aller, laisse aller. Laisse tomber bébé, laisse tomber, laisse tomber. Car l'amour aura raison de tout, Et la mort aura raison de nous. Humilié, éreinté, fatigué, pietiné TU baisses la tête, tu veux leur faire un tête Mais laisses les, laisses les, laisses les, laisses les... [Lire la suite]
Posté par timolea à 17:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 février 2017

Confession d'un malandrin

Je passe les cheveux fous dans vos villages la tête comme embrasée d’un phare que l’on allume Aux vents soumis je chante des orages aux champs labourés la nuit des plages. *** Les arbres voient la lame de mon visage où glisse la souillure des injures Je dis au vent l’histoire de ma chevelure qui m’habille et me rassure. *** Je revois l’étang de mon enfance où les roseaux et toutes les mousses dansent et tous les miens qui n’ont pas eu la chance d’avoir un fils sans espérance. *** Mais ils m’aiment comme ils aiment la... [Lire la suite]
Posté par timolea à 17:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,